Menu

Conseils santé

L'ostéoarthrose

Malheureusement, bon nombre de nos patients souffrent d’ostéoarthrose en silence :

  • 90 % des chats de plus de 14 ans;
  • 20 % de la population canine.

La dégénérescence des surfaces articulaires peut se manifester par une boiterie, une démarche raide, de la difficulté à se lever, à monter les escaliers, à sauter dans la voiture, à sauter sur un fauteuil, une perte d’entrain, un changement de tempérament, un toilettage excessif au niveau des articulations, etc.

Ces symptômes sont souvent remarqués mais associés, à tort, à un « coup de vieux » ! L’ostéoarthrose peut être attribuable au vieillissement articulaire ou à certains problèmes articulaires (dysplasie, OCD, rupture de ligament croisé).

Que peut-on faire ?

On ne peut guérir l’ostéoarthrose, mais il est possible d’aider à contrôler la douleur et à maintenir un niveau d’activité et de confort, et ce, par une approche multimodale :

1.  Anti-inflammatoires
Très utilisés pour le contrôle de l’inflammation et de la douleur, les anti-inflammatoires peuvent être administrés quotidiennement sur de longues périodes, à la dose minimale efficace.  Il est recommandé de faire un bilan sanguin annuel aux patients qui prennent cette médication régulièrement puisque les anti-inflammatoires sont principalement métabolisés par les reins et le foie.

2.  Analgésiques
Souvent combinés aux anti-inflammatoires, les analgésiques aident à soulager les patients qui ressentent de la douleur.

3.  Chondroprotecteurs
Ce sont des suppléments qui augmentent le métabolisme des chondrocytes au niveau du cartilage articulaire et qui inhibent l’enzyme de dégradation du liquide synovial (articulaire). Ils auraient un maximum d’effet bénéfique lorsqu’ils sont débutés tôt et utilisés à long terme.

Médication par injections (pentosan de polysulfate de sodium) :
Administré par injections sous-cutanées en clinique, ce médicament ne provoque que très peu d’effets secondaires et soulage bon nombre de nos patients arthritiques canins et félins.
Calendrier recommandé :

  • 1 injection par semaine durant 4 semaines suivie de
  • 1 injection par mois durant 4 mois suivie de
  • 1 injection aux 6 à 12 semaines selon les besoins

Supplément oral (glucosamine) :
À cause de leur effet synergique, il est préférable d’utiliser le chlorhydrate de glucosamine (disponible pour les animaux seulement) et le sulfate de chondroïtine.

De nombreux produits sont disponibles sur le marché.  Toutefois, ils ne sont pas tous soumis à des contrôles de qualité, et le pourcentage de supplément ne correspond pas toujours à ce qui est annoncé sur l’étiquette. C’est pourquoi nous recommandons les suppléments offerts par les compagnies pharmaceutiques vétérinaires. Ceux-ci sont soumis à un contrôle de qualité et contiennent 100 % de glucosamine !

4.  Oméga-3
Les oméga-3 ont un certain effet anti-inflammatoire.  Ils doivent toutefois être bien dosés en fonction des oméga-6. Nous pouvons vous conseiller à ce sujet.

5.  Diètes articulaires
Il s’agit d’une grande innovation dans le monde vétérinaire. Ces diètes spécialisées ont été « étudiées » pour maximiser leur effet sur l’état de santé général et aider aux articulations grâce à leurs suppléments en glucosamine, chondroïtine, acides gras polyinsaturés, anti-oxydants, ratio de protéines, etc.  De plus, elles contribuent au maintien du poids santé optimal, qui est très important pour ces patients.

6.  Exercices / physiothérapie
L’activité modérée, pratiquée régulièrement, permet le maintien d’une bonne masse musculaire ainsi que de la souplesse et de l’amplitude articulaires.

Promenades — Nous recommandons des marches en laisse. À ce sujet, 3 marches de 30 minutes sont préférables à une seule de 90 minutes.

Natation — Cette activité est excellente. Tout en supportant le poids de l’animal, l’eau offre une relaxation musculaire et une résistance accentuant l’amplitude de mouvement.

7.  Environnement adapté
Il faut songer à adapter l’environnement de son compagnon : surfaces adhérentes, tapis, etc. Il faut aussi favoriser l’accès aux bols de nourriture et à la litière, et limiter l’utilisation des escaliers. Enfin, offrir des coussins douillets est une bonne idée.

8.  Acupuncture, ostéopathie vétérinaire
Certains patients répondent bien aux traitements effectués par des médecins vétérinaires spécialisés dans ces domaines.

Consultez-nous pour aider votre compagnon à profiter de la vie !

Haut de page